Nav view search

Navigation

Search

Ouest-France du 20 mars 2018

Imprimer

 

L'association locale pour le maintien d'une agriculture paysanne (Amap) soutient Magali Delaunay et Jérôme Macé, deux jeunes producteurs voulant se diversifier.

Rencontre :

Magali Delaunay est pastière, exerçant du côté de Varades. « Je fabrique des pâtes artisanales. Et pour me diversifier, je vais tenter la production de deux variétés de champignon, dont le shiitaké », explique celle qui a rejoint l'association pour le maintien d'une agriculture paysanne (Amap) des Coteaux-de-l'Èvre, créée en 2012 et basée en mairie de Montrevault.

Jérôme Macé, maraîcher bio à La Chaussaire, ajoute quant à lui la fraise à sa production de fruits et légumes, dans sa ferme du Cormier. « Deux espèces, la charlotte et la mara des bois, que je livrerai de septembre à octobre. En souhaitant avoir un bon rendement, car la mouche Suzuki peut faire de gros dégâts. »

 

À son compte depuis quatre ans, il pratique aussi la vente directe. Il livre également dans les comités d'entreprise et en restauration collective.

En tenant sa septième assemblée générale, l'Amap des Coteaux-de-l'Èvre prouve qu'il est possible d'entretenir un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et des producteurs locaux. « Le nombre de familles adhérentes est en légère baisse, 61 contre 70 en 2016. Mais cela n'altère en rien le bon fonctionnement de notre association », rassure Serge Raimbault, l'un des cinq coprésidents.

Les producteurs sont au nombre de douze, entre les galettes, les viandes de porc, boeuf, veau ou volailles, oeufs, produits laitiers de brebis, pain, farine, vins...

Les communes déléguées les plus représentatives, en termes de familles fidèles, sont Le Fuilet (14 inscrits), Montrevault et Saint-Rémy-en-Mauges (11) et Saint-Pierre-Montlimart (8).

Côté projets, l'Amap annonce « l'empierrage d'accès à la ferme Saint-Jacques de Saint-Rémy-en-Mauges, lieu du remplissage des paniers. Des animations autour des jardins, et toujours des visites chez nos producteurs, comme ce fut le cas dernièrement chez Anthony Raimbault, paysan boulanger à Saint-Quentin-en-Mauges ».